Présentation de Julien BERTON

Se présenter n’est pas une chose aisée, sans tomber dans l’auto-satisfaction ou une énumération type curriculum-vitae, je vais donc me présenter rapidement.

Mon parcours personnel est assez simple, passionné par la “chose” informatique depuis mon plus jeune âge, j’ai commencé à faire mes armes sur un Compaq ProLinea qui exécutait à l’époque Windows 3.11.

J’étais déjà, à l’époque, impressionné par les possibilités de cet outil, tant sur le plan professionnel que ludique.Mes premières lettres sous write.exe ou Word, mes premiers tableurs sous Excel, mes premières expériences vidéo-ludiques avec des jeux, pour la plupart édités par Titus, société française disparue depuis. J’apprenais également à mon rythme, en autodidacte, le maniement d’un operating system, la gestion du système de fichiers et l’organisation générale de cette structure.

À partir de cette époque, j’ai suivi, du côté utilisateur, l’évolution des outils informatiques. La transition à Windows 95/98, l’apparition puis la disparition des supports ZIP/100 avec l’avènement des supports CD-ROM puis DVD-ROM. Les premières connections Internet aussi, 56K, avec ce fameux bruit lors de l’établissement de la connexion. Rien que pour télécharger DirectX à l’époque avec ce support, il fallait un moment.

De ma perspective, l’architecture moderne que nous connaissons a commencée avec Windows XP, qui au début des années 2000 a mis la stabilité et la fiabilité des technologies Windows Serveur 2000 à la portée de l’utilisateur lambda. J’avais pu constater également le progrès fait au niveau du kernel, de la prise en charge des périphériques mais aussi de l’interface utilisateur. Après cette ère, il s’en est suivi une variation “tic-tac” entre du bon et du moins bon, Vista, pas assez mature y compris sur les drivers à l’époque, puis 7.

Mon parcours professionnel a commencé avec, en partie, cette expérience accumulée en autodidacte, même si je restais encore un utilisateur lambda. Le passage du prisme utilisateur à celui du monde professionnel a eu lieu après le baccalauréat, quand j’ai décidé d’intégrer SUPINFO International University, l’école dont je possède le diplôme Master of Science 5 ans plus tard.

Ces 5 années ont été pour moi un bouleversement, tant j’ai appris sur les architectures techniques qui supportent beaucoup de nos usages quotidiens personnels et en entreprise. Le cursus auquel j’ai pu prendre part a pu me faire identifier la voie dans laquelle je voulais me spécialiser et qui me passionnait, le réseau. Je me suis très vite spécialisé dans ce domaine, en préparant et en passant les certifications académiques en tant qu’étudiant puis les certifications professionnelles CCNA, CCNA Security, CCNP puis CCDP pendant que j’étudiais. Plus j’avançais dans ce processus, plus j’étais assoiffé de connaissances. J’ai pu tenter également l’aventure de la CCIE R&S sur laquelle j’ai buté sur l’examen de laboratoire, sûrement pris par le stress. Je ne désespère pas cependant de retenter l’aventure prochainement!

Du côté professionnel, j’ai pu très vite faire mes premières armes sur du développement web pour des particuliers et des PME. Bien que cela n’était pas ma spécialité, j’ai aimé faire cette activité durant quasiment 2 ans. Puis est venu la phase de la formation, qui a aussi participé à ma transformation. J’ai pu, dans le cadre de mon cursus, donner les cours pour lesquels j’étais certifié à des étudiants de promotions inférieures. Cela m’a beaucoup appris, tant sur l’expression orale et physique, comment préparer son énoncé et bien d’autres choses. J’ai pu ensuite passer du côté académique où j’ai pu travailler à l’élaboration des programmes et des évaluations au sein de la même école. Puis, il fallait que je parte faire mes armes sur le terrain. J’ai commencé avec deux sociétés type SSII, qui sans les nommer, ne m’ont pas convenues, tant sur leurs organisations que sur leurs relations au collaborateur, une sorte de pion que l’on place pour une mission de X mois. J’ai pu néanmoins travailler dans ma deuxième entreprise pour Orange Business Services, où j’ai pu aborder les réseaux bancaires, notamment sur les problématiques voix et data.

Puis, j’ai eu la chance de rencontrer Eric FOURN. Grâce à lui, j’ai pu intégrer assez vite l’entreprise Virtuali en tant qu’ingénieur réseaux et systèmes. L’expérience au sein de cette structure a été pour moi, de loin, la plus enrichissante depuis que j’avais quitté mon école. Malgré mes connaissances sur les technologies réseaux, j’ai pu, grâce au mentoring d’Eric progresser très rapidement sur les technologies VMware, au point de me certifier VCP après seulement 8 mois depuis l’entrée dans la structure. Sans la liberté que m’a offerte cette structure et son staff, je n’aurais jamais pu progresser à une telle vitesse. J’ai eu la chance également continuer de porter mes domaines de prédilections réseaux pour des clients importants comme le Ministère de la Défense.

Je reste toujours geek dans l’âme, en cherchant constamment à améliorer mon savoir et mon expérience sur les technologies de virtualisation et réseaux, même quand il s’agit de mener des projets plus personnels.

Ma participation sur ce blog sera pour moi l’occasion de partager ma modeste expérience, les astuces ainsi que les implémentations que j’ai pu réaliser pendant cette période. N’hésitez pas à échanger avec nous, c’est en partie le but, à mon sens, de nos publications.

Leave a Reply